littérature

  • Ywan nous présente ses textes

    Je m'appelle Ywan. En vrai, c'est un diminutif, mais mon prénom étant unique (littéralement), je préfère le garder secret. ;-) Je suis né Français de France en 1998 et je n'ai jamais été scolarisé, ce qui (de mon point de vue) m'a permis de trouver et d'exercer mes passions comme bon m'a toujours semblé. En l'occurrence, mes passions sont les langues, le cinéma et l'écriture en général ; ces trois domaines occupent la plupart de mon temps. Résultat, je "parle" cinq langues à différents niveaux conversationnels, je regarde un film chaque jour et j'écris tout le temps... à moins d'être en train de créer une langue, de lire, ou d'effectuer quelque tâche métabolique hélas inévitable.

    J'écris sérieusement depuis mes 15 ans. Je qualifierais mon écriture d'anti-académique (avec une minuscule) parce qu'elle est tout le contraire d'ésotérique, et d'anti-Académique (avec une majuscule) parce que je suis en faveur du descriptivisme : laissons la langue évoluer à petites doses d'erreurs et de déviances. Je crée moi-même ma propre déviance, étant adepte de figures de style dont j'ignore si elles sont conformes à un quelconque modèle. Je suis particulièrement friand d'images et de jeux cachés sur les mots, peuplant par exemple à brûle-pourpoint des passages d'allitérations. J'aime autant prendre soin de la beauté syntaxique que lexicale ou structurelle d'un récit, que je vais le plus souvent inscrire dans un style fantastico-science-fictionnel, utopique, dystopique, apocalyptique, onirique et pas forcément léger ; j'écris des briques, et si elles ne correspondent pas à votre esthétique, j'espère que vous pourrez au moins vous en faire une maison atypique.

    Quoiqu'éprouvant un fort intérêt pour la musique, les disciplines littéraires (romans courts, nouvelles, poésie) sont mon seul domaine artistique de prédilection en tant que créatif ; en tant que spectatif, je les admire tous, surtout ceux graphiques car c'est un domaine qui me sera, je le crains, à jamais abstrus.

     



     

    Papier

     

    D’un court jet d’encre fraîche au parfum seiché
    Éclaboussèrent les mots le joli papier
    D’un cours gênant comme d’un fleuve sanglant
    D’Azincourt, d’un chouan, la hache au fil tranchant
    Révolution précoce dans une Histoire au fil d’enfer
    Sortit le sens pour s’imprimer dans la trame blanche
    D’un passé si sordide et dantesque, pourquoi s’en faire
    D’un support lancinant pour un rythme lent, si lent
    Digne pourtant de la plus éternelle existence
    Papier à forte valeur ajoutée
    Pas plié à la porte d’un âge outré.

     



     

    Son site internet :

    https://septiemeartetdemi.com

     



     


    Pour lire ses autres textes : 

    Un monde de sang et d'encre

    Quand le présent est absent

     

7794129680 coupe du monde 2018 les bleus celebrent leur deuxieme sacre

Comme les bleus, trouvez votre graal !

 Inscrivez vous dans la cabane des artistes. 

2018 13 03 17 44 33